Guerres napoléonniennes

Les guerres napoléoniennes (1799-1815) regroupent des guerres qui ont eu lieu entre la France et d'autres puissances européennes qui faisaient ou défaisaient entre elles des alliances. Pendant une brève période de temps, ces guerres firent de la France la puissance la plus influente d'Europe, cimentant quelques-uns des plus profonds bouleversements nés de la révolution française, non seulement en France, mais aussi dans les territoires voisins, notamment en Allemagne, en Italie et aux Pays-Bas. Les répercussions sociales, politiques et juridiques de ces guerres s'étendirent à toute l'Europe et même à l'Amérique hispanique.

Napoléon Bonaparte

Napoléon Bonaparte est né en Corse en 1769 et a suivi en France des études dans le but de devenir ingénieur et artilleur. S'étant engagé dans l'armée, il s'éleva du rang de sous-lieutenant dans l'artillerie à celui de général à la tête de l'armée française en Italie (1796-1797) et en Égypte (1798-1799). De retour en France, il s'empara du pouvoir et devint premier consul (il y en avait deux autres). En 1804, il s'autoproclama empereur des Français. La guerre contre la Grande-Bretagne reprit en 1803, d'autres pays y prirent part et ces luttes de pouvoir durèrent jusqu'en 1814. Napoléon abdiqua en 1814, fut condamné à l'exil sur l'île d'Elbe, mais revint en France en février 1815. Son règne ainsi que les guerres napoléoniennes prirent fin le jour de sa défaite à Waterloo, le 16 juin 1815.

Les guerres napoléonniennes en Europe

Le chef militaire Napoléon alliait énergie, imagination et vitesse de déplacement et battit à maintes reprises les armées autrichiennes, prussiennes et russes. Il obligea les dirigeants de ces pays et d'autres pays à signer des traités qui reconnaissaient ses conquêtes et qui appuyaient la guerre économique qu'il avait déclarée à la Grande-Bretagne. Les Britanniques, qui finançaient leurs alliés continentaux en leur offrant des subsides, comptaient sur leur marine pour se protéger contre les invasions et pour faire la guerre en s'emparant des territoires français outre-mer, en imposant le blocus aux ports européens assujettis à Napoléon et en maintenant des troupes dans la péninsule ibérique (Espagne et Portugal).

Napoléon ne cachant pas ses intentions de se rendre maître de l'Europe, crée des états fantoches qui lui sont soumis, couronne ses frères rois des pays voisins et se couronne d'ailleurs roi d'Italie. En 1807, il envahit le Portugal (allié de la Grande-Bretagne) et envoie ses troupes stationnées en Espagne afin d'obliger le roi à abdiquer pour pouvoir ainsi faire monter son frère Joseph sur le trône. Ces décisions provoquent le soulèvement inattendu et très étendu de la population contre l'occupation française. La population use alors de tactiques de guérilla pour protester contre l'armée française qui est obligée de rester dans la péninsule pour se battre. La guerre d'Espagne eut des répercussions dans tous les empires outre-mer d'Espagne et du Portugal.

Pendant nombre d'années, le blocus britannique isole les colonies hispano-américaines de leur métropole coloniale et les rend dépendantes du commerce anglais pour obtenir des marchandises européennes, contribuant certainement à la victoire de leurs luttes d'indépendance. Face aux pressions financières croissantes de ses guerres incessantes, Napoléon vend la Louisiane aux États-Unis en 1803, territoire occupant tout le bassin hydrographique occidental du fleuve Mississippi. Cette transaction exclut donc la possibilité d'un Occident français dans cette partie de l'Amérique du Nord. Cette acquisition double la superficie des terres américaines et à de nombreux endroits, force le déplacement des Américains d'origine autochtone ou détruit carrément leur mode de vie.

Après la victoire de Nelson à Trafalgar le 21 octobre 1805, la Grande-Bretagne règne en maître sur les océans. En réponse au blocus imposé par la Marine royale, Napoléon promulgue les décrets de Berlin et de Milan (1806-07) qui ferme les ports d'Europe occidentale aux navires britanniques et aux navires neutres s'ils ont auparavant accosté dans un port anglais, lançant ainsi ce qui finit par s'appeler le Système continental. La Grande-Bretagne rétorque par des décrets en conseil (1807) qui impose de lourdes restrictions aux navires neutres qui cherchent à faire du commerce dans les ports continentaux. Nombre de ces navires neutres sont américains. Il en résulte que l'antagonisme entre les Anglais et les Américains ne fait que prendre de l'ampleur, ce qui pousse les Américains à déclarer la guerre à la Grande-Bretagne le 18 juin 1812 (Guerre de 1812).

Les guerres napoléonniennes et leurs conséquences sur le Canada

Les guerres européennes donnent un grand élan à l'économie d'exportation des Canadas (Haut et Bas) et des provinces maritimes. En effet, celles-ci disposent d'une source sûre de grandes quantités de bois dont la marine britannique a besoin : son approvisionnement en provenance des anciennes colonies atlantiques n'est plus garanti à la suite de la guerre d'Indépendance américaine et le Système continental a fermé la mer Baltique. D'où l'énorme développement de l'industrie forestière canadienne, surtout au Nouveau-Brunswick, doublé d'une certaine croissance du commerce des grains. Durant la guerre contre les États-Unis, ces colonies bénéficient par ailleurs d'une contrebande incessante puisque les Américains traversent la frontière avec des marchandises pour les vendre et qu'ils cherchent à se procurer des marchandises britanniques.

Après l'exil de Napoléon à Sainte-Hélène, la légende de son règne glorieux et de son génie militaire fut pour toujours accolée à cette période de l'histoire. On reconnaît instantanément Napoléon peint portant l'uniforme, la main droite dans sa veste, caractéristique des portraits de l'époque.

Auteur : Wes Turner

Liens externes