Bataille de Tippecanoe

La bataille de la Tippecanoe, qui a lieu le 7 novembre 1811, se solde par une victoire des Américains sur les Autochtones pendant la guerre de Tecumseh, un épisode de la Guerre de 1812.

Dès 1785, la région du Nord-Ouest américain, qui comprend le secteur au nord de la rivière Ohio et à l’est du Mississippi, connaît plusieurs guerres entre les Américains et les Autochtones. Les Américains sont mécontents du fait que les Britanniques aident les Autochtones à résister à leur établissement dans le Nord-Ouest, et ce serait l’une des causes de la guerre de 1812.

La guerre de Tecumseh

La guerre de Tecumseh commence en 1811 en raison des aspirations du chef shawnee Tecumseh et de son frère Tenskwatawa (aussi connu comme étant le Prophète) qui cherchent à créer une confédération des Premières Nations. En 1808, ils établissent le village de Prophetstown, dont ils souhaitent faire le centre de leur confédération, sur la rivière Tippecanoe, dans le territoire de l’Indiana. Ils se lancent ensuite dans la promotion de leur vision, ce qui les place en conflit direct avec William Henry Harrison, le gouverneur de l’Indiana. La lutte de Tecumseh et de son frère contre les Américains se poursuit dans la guerre de 1812.

Après plusieurs affrontements entre les guerriers de Tecumseh et les Américains, le secrétaire de la Guerre William Eustace autorise Harrison à confronter les guerriers à Prophetstown. En septembre 1811, Harrison part de Vincennes (Indiana) à la tête de 400 officiers et soldats du 4e Régiment d’infanterie, d’une compagnie du 7e Régiment d’infanterie, de 500 miliciens de l’Indiana et de 120 miliciens du Kentucky. Environ 200 de ces hommes sont des cavaliers. Ils atteignent leur destination le 6 novembre 1811 et établissent leur campement à un mille de Prophetstown.

Tecumseh n’est pas sur place à ce moment-là, et Tenskwatawa et ses chefs de guerre décident de ne pas attaquer les Américains avant le lendemain. Ils sont probablement deux fois moins nombreux que les Américains, mais ils se lancent à l’attaque à l’aube du 7 novembre et enfoncent une partie des barricades de l’ennemi. Le combat s’intensifie et, à la suite d’une série de contrattaques des Américains, les troupes des Premières Nations battent en retraite. La bataille aura duré environ trois heures. Les Américains comptent 200 pertes, dont 60 morts, et les Autochtones comptent 50 guerriers tués et plus de 80 blessés.

Tenskwatawa et son peuple abandonnent leur village que Harrison vient détruire le 8 novembre. Ses hommes détruisent aussi la majeure partie de leurs propres réserves afin de faire de la place pour le transport des blessés pendant le retour au bercail.

Les résultats de la bataille de la Tippecanoe

Harrison se targue d’une grande victoire, ce qui lui vaut une enviable réputation, mais les faits ne peuvent confirmer ses prétentions. Les partisans de Tenskwatawa reconstruisent leur village, que Harrison revient détruire le 19 novembre 1812. Tecumseh est tué par les troupes de Harrison pendant la Bataille de la Thames le 5 octobre 1813. Bien qu’une clause du Traité de Gand vise à protéger les droits des Autochtones, les Américains décident de l’ignorer et les espoirs d’une terre autochtone dans le Nord-Ouest s’éteignent en 1815.

Liens externes