Les Fencibles pendant la guerre de 1812

Pendant les Guerres napoléoniennes, le gouvernement britannique forme des régiments qui prennent le nom de « Fencibles » pour servir sur son territoire. Ces compagnies temporaires ont pour but de protéger les intérêts britanniques là où elles sont formées, en Grande-Bretagne ou en Amérique du Nord et ne doivent en aucun cas être déployées en sol étranger pour se battre. À cet égard, les Fencibles canadiens ressemblent beaucoup à ces corps formés en vertu de la Loi sur la mobilisation des ressources nationales pendant la Deuxième Guerre mondiale : les membres revêtent l’uniforme, mais ne font pas partie des forces canadiennes déployées à l’étranger. Contrairement à ces plus récentes recrues cependant, les Fencibles sont confrontés à de véritables dangers, très réels, en cette époque houleuse où les guerres napoléoniennes balaient l’Europe et où la Guerre de 1812 fait rage sur les champs de bataille et les voies de navigation d’Amérique du Nord.

Il existait des régiments de Fencibles dans les provinces de l'Atlantique entre 1793 et 1802; en 1803, en Amérique du Nord britannique, des régiments de Fencibles avaient été formés à Terre-Neuve, au Nouveau-Brunswick, dans les Haut- et Bas-Canada.  Leur mission était de défendre le territoire, où qu’il soit sur le continent. En dépit de cette initiative, aucun régiment de Fencibles ne parvint à recruter à pleine capacité. D’autres régiments de « territoriaux » avaient d’abord été formés dans les îles Britanniques et leurs effectifs étaient également faibles. Ainsi, le Canadian Regiment of Fencible Infantry avait été formé en Écosse, mais presque tous ses membres désertèrent quand se propagea la rumeur selon laquelle ils seraient envoyés dans les Indes orientales où sévissait la malaria. C’est ainsi que fut lancé le recrutement dans les Haut- et Bas-Canada. Le nom du régiment était écossais tout comme l’était son commandement, mais ses membres étaient principalement Canadiens-Français.

La structure administrative des Fencibles était en tous points semblable à celles des autres régiments, la paye des soldats également, mais l’uniforme était différent de façon à pouvoir distinguer ce régiment des autres compagnies. L’uniforme de chaque compagnie de Fencibles avait une parementure de couleur différente sur le devant des traditionnelles tuniques rouges britanniques pour permettre de la distinguer des autres compagnies dans le chaos des champs de bataille où fusaient les tirs assourdissants de l’artillerie et d’où s’élevait la fumée des canons.

Les Fencibles dans le vif de l’action durant la guerre de 1812

La plupart des compagnies de Fencibles, avec tous leurs hommes ou une partie seulement, prennent part aux principales batailles de la guerre de 1812. Les Royal Fencibles de Terre-Neuve prennent part à la Bataille de l’île Mackinac et aux hostilités qui ont lieu sur le lac Huron; les Fencibles du Nouveau-Brunswick participent, eux, à la Bataille de Sackets Harbor. De nombreuses compagnies du Canadian Regiment of Fencible Infantry participent à plusieurs batailles, notamment la Bataille de la Châteauguay, de Lacolle Mill et de Crysler’s Farm. Des compagnies de la Glengarry Light Infantry Fencibles, quant à elles, prennent part à la Bataille de Lundy’s Lane. Les Michigan Fencibles, compagnie comptant quarante-cinq soldats seulement, se battent aussi.

Toutes les compagnies de Fencibles sont démantelées en 1816, certaines se reforment pour être intégrées aux forces armées régulières de la Grande-Bretagne. À quelques exceptions près, les Canadian Fencibles furent utiles, mais ne se distinguèrent pas particulièrement au sein des troupes britanniques pendant la guerre de 1812 en raison de la nature même de ces compagnies – formées sur le tas, pour répondre à des besoins immédiats – et de leur piètre force de combat.

Auteur : Jason Ridler

Liens externes