Baynes, Edward

Edward Baynes, soldat, figure militaire de la Guerre de 1812 (date de naissance inconnue; mort à Sidmouth, en Angleterre, en mars 1829). Edward Baynes s’enrôle dans l’armée en 1783 et obtient le grade de porte-étendard. Il passe le début de sa carrière principalement dans les Antilles. Il est notamment commandant d’un détachement de soldats de l'infanterie de marine sur une frégate britannique. En 1790, Baynes devient lieutenant. De décembre 1794 à mai 1806, il est l’aide de camp du lieutenant-général sir James Craig au cap de Bonne Espérance, dans les Indes orientales, en Inde, à Gibraltar, à Malte, à Naples et en Sicile, séjournant brièvement en Angleterre à l’occasion. Baynes est promu capitaine en 1795, major breveté en 1796, major en 1800 et lieutenant-colonel breveté en 1802.

Service en Amérique du Nord britannique

Baynes rentre en Angleterre en 1806, et en août de cette année, il est nommé adjudant‑général des forces de l’Amérique du Nord britannique. Le 17 septembre, il est nommé commandant du régiment des Territoriaux de Nouvelle-Écosse. En 1811, Baynes est promu colonel breveté et, en 1812, lieutenant-colonel du régiment nouvellement formé des Glengarry Light Infrantry Fencibles, qui sont basés dans le Haut et le Bas-Canada et qui ont été recrutés dans toute l’Amérique du Nord britannique. Baynes est également secrétaire militaire d’Isaac Brock pendant une brève période.

 

Guerre de 1812

En tant qu’adjudant-général de l’Amérique du Nord britannique pendant la guerre de 1812, Baynes est le principal officier d’état-major du lieutenant-général sir George Prevost, et il rédige à ce titre la plupart des ordres généraux de Prevost ainsi que sa correspondance officielle. Il correspond aussi personnellement avec de nombreux officiers et fonctionnaires au Canada et en Grande-Bretagne, communiquant tant les bonnes nouvelles que les mauvaises. Il mène par ailleurs les négociations entre Prevost et Dearborn qui donnent lieu à l’armistice d’août 1812.

 

Baynes accompagne Prevost et le commodore sir James Lucas Yeo à Kingston en mai 1813. La seule occasion qu’il a d’exercer un commandement plus important se présente lorsqu’il dirige des troupes britanniques pendant le raid sur Sacket’s Harbour du 27 au 29 mai 1813. Pendant la traversée, Baynes envisage d’annuler le raid, mais décide de continuer l’opération à la suite d’une escarmouche qu’il remporte contre des renforts se rendant à Sacket’s Harbour. Il débarque avec ses troupes et, lorsque la résistance des Américains s’intensifie, demande le consentement de Prevost pour rappeler ses hommes et rentrer à Kingston. Sa décision est impopulaire parmi les soldats, mais sans doute judicieuse dans les circonstances.

Prevost confie ensuite à Baynes la négociation d’un cessez-le-feu proposé par le secrétaire d’État américain James Monroe à Champlain, dans l’État de New York, le 1er mai 1814. Baynes reçoit des directives claires de la part de Prevost, mais son homologue américain n’a pas le pouvoir de négocier, et les pourparlers prennent fin la journée même. Baynes poursuit sa carrière en tant qu’adjudant-général et, sur la recommandation de Prevost, est promu major-général en juin 1814. Pendant la campagne de Plattsburgh en septembre 1814, Baynes agit à titre d’adjudant‑général de la division de gauche des Britanniques.

Baynes rentre en Angleterre après la guerre. Malgré son efficacité et la durée de son service en Amérique du Nord, Baynes demeure pratiquement inconnu dans l’armée et est mis en disponibilité en 1816. Il prend sa retraite de l’armée en 1828.

Auteur : John R. Grodzinski

Liens externes