Cockburn, George

George Cockburn, officier de la Marine royale, figure militaire de la Guerre de 1812 (né à Londres, Angleterre, le 22 avril 1772; mort près de Bray, Wicklow, Angleterre le 19 août 1853). Cockburn fréquente la Royal Navigational School de Londres et se joint à la Marine royale à l’âge de neuf ans en qualité de serviteur du capitaine; il effectue son premier voyage en mer en 1786. En janvier 1793, il est nommé lieutenant et en juin de la même année, il est affecté au HMS Victory, le vaisseau amiral de Lord Hood. Au cours des années subséquentes, il sert à bord de différents navires dans l’Atlantique et dans la mer des Caraïbes.

Pendant les Guerres napoléoniennes , il joue un rôle important dans l’affaiblissement de la Martinique et commande une flottille de canonnières et de navires bombardiers en coopération avec l’armée dans l’Escaut. En 1810, Cockburn se rend dans la baie de Quiberson à bord de l’Indefatigable, et en mars, il y débarque deux agents chargés de libérer le roi d’Espagne incarcéré en France. Malheureusement, les deux hommes sont arrêtés. Au mois d’août 1812, Cockburn est promu au grade de contre-amiral et prend le commandement d’un escadron au large de Cadix.

Guerre de 1812

Lorsque la guerre de 1812 éclate, Cockburn est dépêché aux Bermudes où le premier commandant, l’amiral sir John Warren, lui donne l’ordre d’attaquer l’ennemi dans la région de la baie de Chesapeake. Cockburn doit retarder sa campagne le temps de compléter des radoubs sur son vaisseau amiral. Les opérations commencent en mars avec des attaques éclair contre des cibles stratégiques sur les plans économique et militaire, la reconnaissance de points stratégiques importants et l’établissement de blocus portuaires. Cockburn gagne à la fois célébrité et infamie pour l’agressivité avec laquelle il inflige des dommages importants au transport maritime, au commerce et aux communautés et la détresse qu’il sème chez les citoyens américains. Malgré le succès apparent de la campagne, l’amirauté est insatisfaite des effets produits et considère que Warren aurait dû concentrer ses ressources sur le blocus du littoral est des États-Unis. Cockburn rentre aux Bermudes en septembre pour réparer ses vaisseaux.

Le vice-amiral sir Alexander Cochrane remplace Warren en avril 1814. Il donne à Cockburn la mission de sécuriser la base de Chesapeake en vue des opérations de l’été et pour en faire un endroit où amener les esclaves réfugiés. Il choisit l’île Tangier et y érige sans tarder des fortifications et des quartiers d’habitation. Puis, au début de mai, Cockburn passe à l’étape des attaques éclair qu’il dirige personnellement en amont de la rivière Patuxent. Il participe aussi activement aux attaques contre Washington et Baltimore. Il apporte soutien et orientation à l’armée et joue un rôle crucial dans le choix de Washington comme cible. Il rentre ensuite aux Bermudes pour effectuer des radoubs.

De janvier à mars 1815, alors qu’une force mixte est en campagne à la Nouvelle-Orléans et au Nouveau-Mexique, Cockburn se lance dans des attaques de diversion dans le sud-est des É.‑U. à partir de sa base à l’île Cumberland à la frontière entre la Floride et la Georgie. Ses plans pour obtenir l’aide de la nation creek tournent court avec la fin de la guerre des Creeks. Cockburn interrompt le transport maritime et terrestre américain de marchandises vers le golfe du Mexique. Il libère près de 2 000 esclaves de Floride, ce qui pique davantage la colère des fonctionnaires espagnols qui se plaignent déjà du fait qu’il ait installé un détachement sur une de leurs îles de Floride. Il est mis au fait de la signature du Traité de Gand à la fin de février et ses dernières troupes se retirent en mars.

Retour en Europe

Cockburn rentre en Angleterre après la guerre et prend le commandement du Northumberland. Il escorte Napoléon Bonaparte à son exil de Sainte-Hélène et y demeure en qualité de gouverneur et de commandant du poste du cap de Bonne-Espérance jusqu’à l’été de 1816. Il devient sous-amiral de l’état-major dans l’amirauté entre 1818 et 1827 puis amiral-chef de l’état-major de la Marine pendant deux ans. Cockburn devient vice-amiral en 1819 et commandant du poste nord‑américain de mars 1833 à mai 1839. Il devient amiral en 1837 et revient à l’amirauté en qualité d’amiral-chef de l’état-major de la Marine de 1841 à 1846. Pendant cette période, il supervise l’adoption de la technologie de propulsion à vapeur pour les navires de la Marine.

Il meurt en 1853 et est inhumé au cimetière Kensal Green de Londres.

Liens externes