Keane, John

John Keane, officier de l’armée britannique, figure militaire de la Guerre de 1812 (né à Belmont, Irlande, le 6 février 1781; mort à Burton Lodge, Hampshire, Angleterre, le 26 août 1844). La carrière militaire de John Keane commence en 1794 quand il est nommé capitaine d’un nouveau régiment qui est aussitôt démantelé. En 1799, il joint le 44e Régiment de fantassins à Gibraltar puis accompagne ce régiment en Égypte, où il sert comme aide de camp du commandant de division Lord Cavan. Dès 1804, il devient lieutenant-colonel du 13e Régiment de fantassins à Gibraltar. Keane sert dans les Guerres napoléonniennes et devient major-général en 1814.

Keane à la bataille de la Nouvelle-Orléans

Keane est envoyé en Jamaïque avec des renforts en prévision de l’attaque imminente contre la Nouvelle-Orléans. Keane atteint la Jamaïque le 25 novembre 1914. Son effectif, qui a souvent été grossièrement exagéré, compte 5 500 hommes incluant les officiers. Le major‑général sir Edward Pakenham, commandant de la campagne, n’est pas encore sur place, et il incombe donc à Keane d’assumer la responsabilité de la phase initiale de l’opération. Fin novembre, les troupes embarquent sur les navires de la flotte commandée par le vice‑amiral sir Alexander Cochrane qui met le cap sur son objectif.

La division de Keane débarque à environ 14 kilomètres de la Nouvelle-Orléans. Le 23 décembre, il établit un campement à la plantation de Villeré à 12 kilomètres de la ville. Les conditions de vie sont difficiles et beaucoup d’hommes tombent malades. Cette nuit-là, les Américains attaquent le campement, mais ne parviennent qu’à affaiblir l’unité britannique.

Les troupes de l’armée dispersée de Keane continuent d’arriver à la plantation alors que celui-ci envisage une attaque directe sur la ville. Le jour de Noël, Pakenham arrive avec des renforts et prend le commandement des opérations. La Division fait aussi l’objet d’une réorganisation et Keane se voit confier le commandement d’une brigade.

Le 8 janvier 1815, Pakenham place la brigade de Keane à la gauche du corps d’attaque principal des Britanniques contre les lignes de défense américaines. Sa mission consiste à suivre la garde avancée du colonel Robert Rennie qui doit percer les redoutes des Américains et, selon les circonstances, tirer profit de la réussite de Rennie ou attaquer les Américains par le centre. Mais Keane subit de graves blessures dès le début du combat et, avec les pertes de Pakenham et Gibbs, laisse le principal corps d’attaque sans commandement. Les attaquants s’empêtrent et la brigade de Keane est décimée. La bataille se solde par une défaite des Britanniques qui remontent sur leurs navires au bout de plusieurs jours.

Après la guerre de 1812

Après la guerre, Keane rentre en Europe et rejoint Wellington à Paris en 1815 où il se voit confier jusqu’au début de 1817 le commandement de la 9e Brigade de l’armée d’occupation en sol français. De 1823 à 1830, il est en poste en Jamaïque où il veille à l’administration gouvernementale pendant une brève période.

Keane devient lieutenant-général en juillet 1830. De 1834 à 1839, il occupe le poste de premier commandant à Bombay et dirige les forces britanniques au début des hostilités de la première guerre anglo-afghane. Il obtient le titre de baron en 1839.

Auteur : John R.Grodzinski

Liens externes