Morrison, Joseph Wanton

Joseph Wanton Morrison, officier de l’armée britannique et commandant d’unité, figure militaire de la Guerre de 1812 (né à New York, NY le 4 mai 1783; mort en mer le 15 février 1826). Morrison naît à New York sous le drapeau britannique alors que son père est commissaire général de l’Amérique du Nord. Il se voit engagé dans l’armée dès son 11e anniversaire de naissance. Il commence à servir activement quatre ans plus tard alors qu’en qualité de lieutenant il doit combattre à Egmond-aan-Zee aux Pays-Bas où il est blessé.

Morrison devient capitaine en 1800 puis major du 2e Bataillon du 89e Régiment de fantassins en 1805. Il passe ensuite au 1er Régiment des Indes occidentales et devient lieutenant-colonel en 1809. En 1811, après un court séjour en service à Trinidad, Morrison rentre en Angleterre et retrouve le 89e Régiment. Il arrive à Halifax avec son régiment le 13 octobre 1812 et gagne Québec le printemps d’après.

États de service en Amérique du Nord

Pendant l’année 1813, le bataillon de Morrison est principalement cantonné à Kingston (Haut-Canada), et le 7 novembre il se voit confier le commandement d’un « corps d’observation » pour suivre dans l’ombre les mouvements du major-général James Wilkinson dont la flottille descend le Saint-Laurent en direction de Montréal. Morrison s’avère un adepte de sa mission et, le 11 novembre 1813 à la Crysler’s Farm, il défait l’arrière-garde de Wilkinson dirigée par le brigadier-général John Parker Boyd. Ce geste lui vaut une renommée enviable et il est décoré de la Médaille d’or de l’Armée.

Morrison reste à Coteau‑du‑Lac pendant les mois d’hiver et prend part aux raids sur la rivière Salmon en février 1814. Il tient brièvement le commandement à Prescott en avril et déplace son bataillon à York puis dans la Péninsule du Niagara. Pendant la bataille de Lundy’s Lane le 25 juillet 1814, Morrison est à la tête de son bataillon pour affronter la rude attaque des Américains et il est gravement blessé. Au mois de décembre, il participe aux travaux du conseil de la cour martiale qui enquête sur la conduite du major-général Henry Procter pendant la Bataille de la Thames.

Période tardive de la carrière de Morrison

Morrison reste dans l’armée après la guerre, mais il ne se remettra jamais complètement de ses blessures qui le font toujours souffrir. Il retourne en Angleterre en 1815, mais doit se contenter d’une demi-solde en 1816 en raison de sa santé précaire. Le 12 août 1819, il est promu au grade de colonel breveté et prend le commandement du 44e Régiment d’Irlande. En juin 1822, il part en Inde avec son bataillon. En 1824 il devient brigadier-général à la tête de la division des forces cantonnées dans le sud-ouest de l’Inde. Pendant cette période, il mène avec succès une campagne contre les Birmans à Arakan, mais il y contracte la malaria. Il demande alors de rentrer pour se rétablir, mais il s’éteint à bord du navire qui le ramène de Birmanie en Angleterre en 1926.

Auteur : John R. Grodzinski

Liens externes