Mulcaster, William Howe

William Howe Mulcaster, officier de la Marine royale, figure militaire de la Guerre de 1812 (né en 1785; mort à Douvres, Kent, Angleterre, le 2 mars 1837). William Mulcaster joint la Marine royale en qualité d’aspirant de marine à l’âge de 10 ans et participe déjà aux combats contre les Français. Il obtient le grade de lieutenant en 1800 et, en 1809, il sert à titre de premier lieutenant sur le Confiance du capitaine sir James Lucas Yeo. Mulcaster participe à la campagne de Yeo pour prendre la colonie française de Cayenne. En quatre jours, la force mixte anglo-portugaise prend deux forts, installe une armée de 1 000 hommes et orchestre la reddition de la Guyane française.

États de service dans la guerre de 1812

La conduite de Mulcaster dans la campagne de Yeo lui vaut une promotion au poste de commandant et on lui confie le sloop HMS Emulous basé à Halifax. Le 25 juillet 1811, il capture L’Adele, un « lettre de marque » français armé de deux canons. Le 30 juin 1812, au large du cap de Sable, il prend le Gossamer, un navire corsaire américain armé de 14 canons. Un mois plus tard, l’Emulus s’échoue à l’île de Sable et, selon la pratique en vigueur dans la Marine royale, Mulcaster est traduit en cour martiale pour avoir perdu son navire, puis il est acquitté.

En 1813, Mulcaster est envoyé dans le Haut-Canada avec le détachement naval de 450 hommes du commodore Yeo. À Kingston, Mulcaster se voit confier le commandement du sloop Royal George armé de 21 canons. Cette année-là, il prend part à tous les affrontements navals sur le lac Ontario. Il livre sa bataille la plus mémorable le 28 septembre 1813 pendant les Burlington Races, un affrontement entre les escadrons britanniques et américains à 20 kilomètres au sud de York. À un moment crucial de l’affrontement, le Wolfe, le vaisseau amiral de Yeo, est gravement touché et sur le point d’être abordé par le General Pike, le vaisseau amiral des Américains; Mulcaster réussit à positionner son sloop entre les deux navires pour éviter l’abordage à son commandant. Il s’ensuit une canonnade nourrie et Yeo réussit à rétablir l’ordre sur le Wolfe. L’escadron britannique parvient à se dégager, mais il est toujours poursuivi par les Américains alors qu’il cherche à se réfugier dans la baie de Burlington. Des vents hostiles et la menace des canons britanniques forcent cependant les Américains à abandonner leur poursuite. Mulcaster est promu au grade de capitaine de vaisseau en reconnaissance de son mérite.

Plus tard cette année-là, Mulcaster assume le commandement d’une flottille, composée de deux sloops, deux goélettes et quatre canonnières, qui bombardent le campement américain à French Creek. Dès le 6 novembre, la flottille de Mulcaster rejoint le lieutenant-colonel Joseph Morrison à la poursuite du major-général américain James Wilkinson qui se dirige vers Montréal. Un Mulcaster agressif transporte les hommes de Morrison sur ses navires et harcèle les navires américains, et ses canonnières viennent en appui pendant la Bataille de la Crysler’s Farm.

Fin de la carrière de Mulcaster

Mulcaster demeure le plus proche confident et partisan de Yeo et, en avril 1814, il se voit confier le commandement de la nouvelle frégate de 40 canons, le Princess Charlotte. Les 5 et 6 mai, les Britanniques lancent une attaque éclair contre Oswego au cours de laquelle Mulcaster est grièvement blessé. Une balle de mousquet lui traverse les jambes alors qu’il dirige une unité navale armée de sabres d’abordage et de piques dans une charge contre les Américains. Il survit, mais il est renvoyé chez lui pour cause d’invalidité.

Sa carrière de commandant est bel et bien terminée. Il reçoit une pension annuelle de 300 livres sterling et prend pour épouse une Canadienne. En 1836, il devient aide de camp naval du roi William IV, puis il s’éteint l’année suivante.

Liens externes