Riall, Phineas

Phineas Riall, officier de l’armée britannique, commandant d’unité, gouverneur colonial, figure militaire de la Guerre de 1812 (né probablement à Clonmel, Irlande, le 15 décembre 1775; mort à Paris, France, le 10 novembre 1850). Phineas Riall entre au service de l’armée en janvier 1794 et est fait major avant la fin de l’année. Il vit ses premiers combats pendant la rébellion irlandaise de 1798-1799 et acquiert une solide expérience dans les Antilles où il assume le commandement d’une brigade en 1809. En 1810, Riall rentre en Angleterre et est promu colonel, puis major-général en 1813.

Riall arrive dans le Haut-Canada au mois d’août 1813 et on lui confie le commandement de la Division de droite stationnée dans la péninsule du Niagara. En décembre, il mène une campagne de représailles qui sème la destruction à la frontière entre Buffalo et Lewiston (NY) en revanche de la destruction du village de Niagara [Niagara-on-the-Lake] par les Américains plus tôt dans le mois.

Riall prépare ensuite les défenses le long de la rivière Niagara en vue de la saison de campagnes qui approche. Il répartit ses 3 400 soldats réguliers britanniques et miliciens canadiens en quatre points principaux sur une distance de 50 kilomètres. Le Fort George et le Fort Niagara gardent l’embouchure de la rivière Niagara; 13 kilomètres plus au sud se trouvent les Hauteurs de Queenston, suivies de Chippawa au confluent des rivières Chippawa et Niagara. Enfin, à l’extrémité sud de la péninsule se trouve le Fort Érié.

Le 3 juillet 1814, en apprenant que les forces américaines du major-général Jacob Brown ont débarqué au fort Érié, Riall s’avance vers Chippawa et envoie un détachement plus au sud dans le but de freiner la progression des Américains et de lui donner le temps de concentrer ses soldats réguliers à Chippawa.

Le 4 juillet, les Américains sont au sud de Chippawa. Riall ordonne à l’infanterie légère de traverser la rivière pour les harceler. Convaincu que ses opposants sont des miliciens, il engage le jour suivant une brigade de 2 000 hommes dans la bataille, mais ceux-ci se heurtent à une force équivalente sous le commandement du brigadier-général Winfield Scott. Constatant qu’il se bute à des soldats réguliers bien entraînés, Riall place ses hommes en formation et s’engage dans un échange de feux prolongé que les Américains finissent par gagner grâce à des unités d’artillerie venues en renfort. Pour la première fois, des soldats réguliers de l’armée américaine infligent la défaite à des soldats réguliers de l’armée britannique.

Riall se retire éventuellement à l’extrémité nord de la péninsule et attend des renforts. Pendant ce temps, les plans de Brown visant à rejoindre les forces navales sur le lac Ontario s’effondrent. Il ne parvient pas à déloger les Britanniques du fort George et se replie sur Chippawa. Dans l’intervalle, le général Drummond prend le commandement des forces britanniques et Riall est son adjoint. Le 25 juillet 1814, Drummond est mis au fait de l’avancée des Américains vers le nord et ordonne à ses troupes de se concentrer à Lundy’s Lane, près de Niagara Falls. Il s’y déroule la plus grande bataille du secteur nord dans laquelle Riall est blessé au bras et fait prisonnier. Il reste au Massachusetts jusqu’à sa libération en décembre 1814.

Riall n’a jamais assumé un commandement militaire d’importance, mais il obtient par ancienneté le grade de lieutenant-général en 1835 et de général en 1841. Il est gouverneur de la Grenade de 1816 à 1823 et fait chevalier en 1833.

 

Auteur : John R. Grodzinski

Liens externes