De Rottenburg, Francis

Baron Francis de Rottenburg, soldat, figure militaire de la Guerre de 1812 (né à Danzig [aujourd’hui Gdansk], en Pologne, le 4 novembre 1757; mort à Portsmouth, en Angleterre, le 24 avril 1832). Francis de Rottenburg est le fils de Franz Rottenburg, un marchand et propriétaire terrien. Il sert dans l’armée française de 1782 à 1791 à titre d’aide de camp du baron de Salis, envoyé français à Naples. Rottenburg quitte l’armée française lorsque la Révolution prend de l’ampleur et rentre en Pologne.

Rottenburg et son service ailleurs dans le monde

Rottenburg commande un bataillon d’infanterie dans la révolte contre le pouvoir russe, mais cette révolte est matée en novembre 1794. Il s’enrôle ensuite dans l’armée britannique en 1795 et devient un major dans le régiment de hussards du baron Carl von Hompesch. En 1796, il est promu lieutenant-colonel et contribue au recrutement des fusiliers d’Hompesch, qui deviennent le 5e bataillon du 60e Régiment d’infanterie. Rottenburg commande ce bataillon en Irlande pendant la rébellion de 1798, puis ensuite dans les Antilles. En 1799, le ministère britannique de la Guerre publie son œuvre intitulée Regulations for the Exercise of Riflemen and Light Infantry, and Instructions for their Conduct in the Field, qui a été publiée en allemand l’année précédente. Rottenburg joue peut-être un rôle important dans la création du premier régiment britannique de fusiliers en raison de ses connaissances et de son intérêt de longue date pour ce domaine. (Une seconde édition du livre est publiée en 1803. Le major-général John Moore l’utilisera pour entraîner son infanterie légère.)

En 1805, Rottenburg est promu colonel. Trois ans plus tard, on lui confie une brigade d’infanterie légère, qu’il commande l’année suivante lors de l’expédition à l’île Walcheren dans une tentative pour s’emparer d’Amsterdam.

Rottenburg est nommé brigadier-général des effectifs de l’Amérique du Nord en 1808, mais ne se rend à Québec qu’en 1810. Cette année-là, il est promu major-général et débarque à Québec en septembre pour prendre le commandement de la garnison de la ville, sa vaste expérience du combat et son aisance à s’exprimer en français contribuant sans doute à sa promotion.

Rottenburg et la guerre de 1812

En juillet 1812, Rottenburg prend le commandement du district de Montréal. Il s’agit d’un poste important en raison de l’emplacement de la ville sur le fleuve Saint-Laurent et de la proximité de la frontière américaine. En juin 1813, lorsque le gouverneur en chef sir George Prevost décide de remplacer le major-général Roger Sheaffe au poste d’administrateur et de commandant des forces du Haut-Canada, il se tourne vers Rottenburg, qui est l’officier général le plus haut gradé de la colonie et qui possède une expérience de l’administration et du combat. Prevost reste dans le Haut-Canada jusqu’en septembre, et Rottenburg n’exerce pleinement ses fonctions qu’après son départ. Il désire avant tout protéger ses troupes, et il est prêt à les ramener à Kingston dans l’éventualité où sir James Yeo perd la maîtrise navale du lac Ontario.

Rottenburg ordonne malgré tout des attaques d’exploration contre les occupants américains au Fort George et dans la ville de Niagara, ainsi que des raids sur la rive opposée de la rivière Niagara. On lui reprochera d’avoir refusé d’envoyer toutes les troupes demandées par le major-général Henry Procter, ce qui lui aurait permis d’attaquer la base navale américaine (Presque Isle) sur le lac Érié. Deux victoires importantes des Américains menacent sérieusement la sécurité du Haut-Canada: celle du capitaine Oliver Perry sur le lac Érié et celle du major-général William Harrison à Moraviantown contre Procter et Tecumseh. Ces victoires rendent le front ouest du Haut-Canada vulnérable, et les raids des forces américaines entraînent la destruction d’un grand nombre de maisons, de fermes et de moulins. De plus, dans d’autres parties de la province, les espions et les maraudeurs agissent plus ouvertement, et de plus en plus de miliciens choisissent de déserter.

Observant le déplacement des troupes américaines vers l’est de la région du Niagara, Rottenburg se rend à Kingston, qui pourrait être la cible d’une attaque américaine. Au début novembre, il apprend que des troupes américaines se dirigent en aval du fleuve Saint-Laurent pour attaquer Montréal. Il ordonne au lieutenant-colonel Joseph Morrison de poursuivre les envahisseurs. (Morrison vaincra une partie de l’armée sur le site de Crysler’s Farm ) Rottenburg apprend alors qu’il sera remplacé par le lieutenant-général Gordon Drummond dans son commandement du Haut-Canada.

Rottenburg est l’administrateur civil du Haut-Canada, mais contrairement à ses prédécesseurs (Isaac Brock, Roger Sheaffe) et à son successeur (Gordon Drummond), il ne réunit pas la législature. Il reçoit des conseils de certains fonctionnaires nommés et gouverne par l’entremise du Conseil exécutif, dont les membres sont également nommés. Il impose en partie la loi martiale dans les districts de Johnstown et d’Eastern afin d’obliger les agriculteurs à fournir de la nourriture et du fourrage à l’armée. Il s’agit de la première fois où cette mesure est utilisée dans la province. Cette décision est très impopulaire, et au début de 1814, l’assemblée législative (que Rottenburg n’a pas consultée) la juge arbitraire et inconstitutionnelle.

Rottenburg retourne au Bas-Canada en décembre, où on lui confie la défense de Montréal. En septembre, il prend le commandement de trois brigades, ce qui fait de lui le commandant adjoint de Prevost lorsque ce dernier envahit l’État de New York. Rottenburg joue un rôle discret lors de la Bataille de Plattsburgh et échappe ainsi à la vague de critiques qui déferle sur Prevost.

Rottenburg et l'après-guerre

Francis de Rottenburg demeure dans le Bas-Canada jusqu’en juillet 1815, puis rentre en Angleterre. Pendant la guerre, il n’a pris part à aucune bataille importante et ne semble pas avoir marqué la mémoire collective. Il est nommé chevalier commandeur de l’Ordre royal de Hanovre en 1817 et reçoit le titre de « Knight Bachelor » en 1818. (L’Ordre a été créé en 1815 par le prince régent, qui deviendra plus tard le roi George IV, afin d’honorer des soldats qui ont servi la Grande-Bretagne ou le royaume de Hanovre.) Rottenburg devient lieutenant-général en 1819 en raison de ses années de service.

Auteur : Wes Turner

Liens externes