Tenskwatawa (Le prophète)

Tenskwatawa (le Prophète), personnalité religieuse shawnee (né Lalawethika en territoire shawnee près des Grands Lacs, 1775; mort à Prophetstown, près de Kansas City, Missouri, 1836). Tenskwatawa était le fils de Puckeshinewa, un chef de guerre shawnee et de Methoatake, une creek. Il était également le jeune frère du chef de guerre shawnee Tecumseh. Les deux frères prirent part ensemble  la guerre de 1812. Tenskwatawa fut d’abord appelé Lalawethika (Celui qui fait du bruit), il était né peu de temps après la mort de son père. Puckeshinewa avait choisi d’appuyer les Britanniques dans la guerre d’indépendance des États-Unis et fut tué à la bataille de Point Pleasant (10 octobre 1774). Methoatake retourna vivre parmi les siens, en Louisiane espagnole en 1779. Elle laissa Lalawethika et Tecumseh aux soins de leur sœur, Tecumapease, et de leur frère, Chiksiska. Petit, Tenskwatawa ne présentait aucune des qualités qui font les bons guerriers. Adolescent, il perdit son œil droit à la chasse alors qu’il était supposément en train d’encocher une flèche. Il devint plus tard un « Indien des postes de traite », euphémisme contemporain pour parler d’un ivrogne. En avril 1805, Lalawethika eut des visions qui, clama-t-il, lui étaient envoyées par le « Maître de la vie » (le Grand Esprit). Ses détracteurs avancèrent que ses visions n’étaient que les conséquences d’une désintoxication.

Lalawethika prit le nom de Tenskwatawa (la Porte ouverte). Il commença à répandre le message qu’il avait découvert dans ses visions, prêchant aux Premières Nations qu’elles devaient rejeter tout ce qui accompagnait l’homme blanc, plus particulièrement l’alcool et le christianisme. Il déclara aussi que ce n’était qu’en abandonnant leurs traditionnelles rivalités et en s’unissant que les Premières Nations sauraient résister aux incursions de l’homme blanc dans leurs terres. En fait, Tenskwatawa avait redonné naissance au message de Neolin, le chef religieux lenape (Delaware) que les Britanniques avaient surnommé le « Prophète du Delaware ». C’était Neolin qui avait été la source d’inspiration des actions entreprises par Pontiac en 1763.

La vision de Tenskwatawa fournit à Tecumseh un fondement idéologique à la création d’une confédération shawnee. En 1808, Tenskwatawa et Tecumseh établirent la grande colonie de Tippecanoe à la confluence des rivières Wabash et Tippecanoe. La colonie que les Américains appelaient Prophetstown attira des guerriers de nombreuses Premières Nations. Le 7 novembre 1811, les troupes américaines sous le commandement de William Henry Harrison attaquèrent Prophetstown. Tecumseh et une grande partie de ses guerriers étaient loin de la colonie, dans le sud, partis pour essayer de convaincre davantage de Premières Nations de se joindre à la confédération. Les Américains n’eurent aucun mal à battre les quelques guerriers qui étaient restés dans la colonie. Ils rasèrent Prophetstown. Tenskwatawa et les survivants s’enfuirent vers le nord, vers le Haut-Canada.

La bataille de Tippecanoe pendant la guerre de 1812 mit fin à l’espoir de Tecumseh de voir d’autres Premières Nations se joindre à sa confédération. Tenskatawa accompagna Tecumseh lors de la reddition américaine de Detroit. L’année suivante, Tecumseh fut tué à la Bataille de Moraviantown. Tenskwatawa survécut à la bataille, il s’était en effet replié avec les troupes britanniques commandées par le major-général Procter.

À la fin de la guerre (Traité de Gand, 24 décembre 1814), Tenskwatawa choisit de rester au Canada. Il retourna en territoire shawnee en 1825 et prit une part active à la réinstallation des Shawnees à l’ouest du Mississippi. Tenskwatawa fonda une nouvelle ville nommée Prophetstown, non loin de la Kansas City actuelle, où il mourut en 1836.

Auteur : D.S. Davis

Liens externes